2. Rocket+ amélioré

2. Rocket+ amélioré p1020518

Comme la nouvelle interface de unblog rend l’insertion de photos très laborieuse, les photos sont désormais consultable séparément. Toutes mes excuses pour le désagrément …

Réalisation : novembre 2011

Publication : février 2012

Dernière mise à jour : nov 2012

Toutes les photos du chantier.

Lieu : Ce chantier s’est déroulé à Montardit en Ariège, dans mon nouveau chez moi, début novembre 2011. Les propriétaires ont accepté qu’on construise un poêle alors qu’on est en location, comme quoi, c’est possible ! Notre site web de l’entreprise à un peu aidé, tout comme l’esquisse 3D fournie pour permettre de visualiser le résultat …

vue-rocket-le-fort-2-300x175

Temps passé : 100 heures environ pour le poêle (il lui manque encore les enduits de finition). 50 heures pour fermer, isoler, et prolonger la cheminée.

Budget : environ 250 € de briques et tuyaux alus pour les banquettes et 250€ de vermiculite pour la cheminée (tubage déjà sur place).

Implantation : Dans la cheminée existante, parce-que c’était l’unique option. On est contre un mur mitoyen donc j’ai placé du béton cellulaire derrière le poêle pour réduire le transfert de chaleur. Très franchement une dose supplémentaire d’isolation plus performant et un film aluminé n’aurait pas été de trop. Le mur adjacent pompe pas mal de chaleur, réduisant d’autant l’autonomie.

Préalable : renforcement du plancher bois. Le poêle étant au R+1, au-dessus d’un atelier, nous avons rajouté 2 poteaux sous le chevêtre de la cheminée, reposant chacun sur une belle pierre plate. La cheminée tenait via 2 liens fichée dans le mur en pierre pour reprendre le chevêtre. Elle avait pas mal bougé, étant donné que la sole maçonnée de la cheminée pesait pas loin d’1 tonne à vu de nez. On a donc sérieusement contraint le plancher avec des étais, ce qui a eu pour effet de redresser le plancher. L’opération a pris un peu plus de 3 heures à 3, soit 10h sur le total de 100 dédiées au poêle.

Originalité : Les fumées chaudes sont contenues dans une bouteille de gaz en lieu et place de l’habituel bidon. Comme ça l’encombrement est moindre, et la puissance instantanée de même. Les circuits de fumées sont réalisés en tube alu diamètre 125 mm noyés dans de la bauge additionnée de cailloux en nombre. Le cœur est composé de plusieurs types de briques  de diverses densité et qualité.

Circulation des fumées : les fumées se séparent en 2 flux sous le conduit de combustion. L’un part dans le dossier et l’autre à l’avant de l’assise. Ils se rejoignent au bout de la banquette dans une boite de connexion assez large, puis rejoignent le conduit d’évacuation en boisseau via un tuyau alu doublé (2 tuyaux sont ouvert longitudinalement et ré-assemblés au moyen de vis auto foreuses, augmentant ainsi la section).

 

Les trappes de ramonage sont fabriquées le plus simplement du monde : du béton (ici ciment prompt et sable) est coulé dans un pot de fleur (mieux : un pot de fromage blanc > pas de trous) et une poignée en fil de fer rigide replié en Ω est plongée à la surface du mélange encore frais. L’ensemble (y compris le pot) est mis en place et la bauge mise en oeuvre autour prend la forme adéquate : on a ainsi un bouchon conique presque gratuit et plutôt optimal. Reste juste à démouler, coller une tresse minérale plate autour du bouchon, et enduire l’intérieur de l’orifice de ramonage d’un enduit  dur bien lissé (une fois que tout est sec).

Foyer

Alimentation : Seule la partie inférieure du conduit d’alimentation est réalisé en brique denses haute température (TD42 – 1400°C théoriques  2200kg/m3). Le haut est en briques réfractaires bas de gamme, posées sur chant pour économiser. L’épaisseur est reprise par ajout de bauge autour, avec renforcement par trame de verre.

Tuyère et combustion : Ces 2 partie sont en brique isolante (TR26  – 1400°C théoriques – 950kg/m3), ou plutôt en chutes de dalle isolantes. Le conduit de combustion est réalisé avec des bandes trapézoïdales collées entre elles pour façonner un conduit plus ou moins circulaire (hexagonal). Cela permet de rester au plus prés de la forme de la bouteille de gaz qui la recouvre. La tuyère est en une seule partie, creusée dans la masse.

Bouteille de gaz : en lieu et place de l’habituel bidon présent sur un poêle rocket, la bouteille de gaz est un peu moins voyante. C’est l’espace disponible qui a dicté ce choix. La bouteille (préalablement vidée par remplissage d’eau avec un entonnoir jusqu’à débordement) est munie d’un clapet starter et d’une tubulure d’admission d’air secondaire. C’est un travail assez pénible et laborieux (beaucoup de découpes, soudures un peu complexes).

Évacuation des fumées

L’obturation du conduit d’évacuation est un simple clapet acier (platine 25/25 cm) qui glisse entre 2 boisseaux un peu recoupés.

 

La complexité a été de faire un dévoiement permettant de rejoindre boisseau et tubage.

 

Les propriétaires avaient déjà du tubage inox simple parois diam 200 mm. Je l’ai installé dans la hotte après un ramonage poussé. Puis j’ai refermé la hotte par l’intérieur en glissant des tiges métalliques en guise de support pour des briques plâtrières seulement posées. J’aurai pu les coller au plâtre … Par haut dessus j’ai balancé quelques seaux de mortier de terre puis j’ai rempli la hotte de vermiculite, en tassant au fur et à mesure.

p1030505-300x224 Intérieur de la hotte vue d’en dessous

Pour obtenir un bon dépassement au faîtage tout en conservant cet apport d’isolation j’ai prolongé la souche avec un joli bidon Total® rouge ! Il sert de contenant pour la vermiculite qui isole ainsi les fumées tout le long du trajet. Puis j’ai couvert le tout d’un magnifique chapeau chinois fait maison. C’est le voisin qui est content !

p1020561-300x224p1020557-150x112

 

 

 

 

 

 

 

D'autres nouvelles

Tout au pochoir |
Mylène Mancini Home Staging |
MAISON SUR OLERON |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tatiana & Cèdric
| lapetitevilla2vl
| Villa des oliviers